Novembre

Communiqué du 29 novembre 2017 : Au Brésil, la cour suprême interdit l'usage de l'amiante.

Le syndicat Australien APHEDA - Union Aid Abroad poursuit sa campagne "Amiante: ni ici, ni nulle part" et développe dans un article daté du 30 novembre "les signes évidents d'une priorisation accrue de la nécessité d'interdire l'amiante dans la région asiatique", ainsi que de nombreuses avancées au cours de l'année 2017, dont la création de plusieurs nouveaux Réseaux Ban Asbestos : voir la traduction de l'article.

Canada / Ukraine : L'exportation d'amiante canadien en Ukraine est toujours incluse dans l'accord de libre-échange entre les deux pays, malgré l'interdiction que le gouvernement canadien s'est engagé à prendre dès 2018.

Île Maurice : 2 137 maisons contaminées

Algérie (Tamelaht) : des conduites d’eau potable à base d’amiante

Le bulletin de novembre de Caova (Suisse) donne la parole - posthume - à des victimes, atteintes de mésothéliome, et s'intéresse à l'industrie de l'amiante, toujours très active en Russie.

Octobre

Union Aid Abroad, syndicat australien, évoque dans un article ici traduit la désinformation qui continue à être mise en place par les industriels de l'amiante en Asie et les tentatives d'intimidation envers les associations de lutte anti-amiante, dont Ban Asbestos Vietnam.

Algérie : 3461 chalets en amiante près de Constantine... que leurs habitants doivent eux-mêmes démanteler !

Le bulletin d'Octobre de CAOVA. Sujets traités : "l'amiante-ciment était inutile et superflu", "les matériaux de remplacement de l'Eternit", "interview imaginaire de S. Schmidheiny", "les femmes, leur travail pendant les deux guerres mondiales".

Septembre

Le bulletin de septembre de CAOVA (Suisse). Le puissant lobby créé (en 1982) et financé par les industriels de l'amiante, le CPA (comité permanent amiante) a réussi à regrouper en son sein jusqu'en 1995 les représentants de l'Etat (donnant ainsi une officialisation à ce comité), des médecins du travail et des experts (censés détenir le "savoir") et des syndicalistes. Henri Pézerat a été le premier scientifique a dénoncer dès le début des années 1970 le danger mortel de l'amiante et nous lui devons son interdiction en France. Les industriels (dont la responsabilité est écrasante) ont, ainsi, réussi à semer le doute sur les effets nocifs de l'amiante et à convaincre dans le CPA qu'il était possible de contrôler son usage afin de préserver l'emploi. À sa dissolution, les syndicats ont mené la lutte pour l'interdiction de l'amiante en France.

À lire également, la contribution de Jean-Marie Birbès sur la période de l'usage contrôlé de l'amiante.

Août

Brésil : La Cour Suprême Fédérale interdit l'amiante dans l'État de São Paulo et déclare que la loi fédérale sur la soi-disant "utilisation contrôlée de l'amiante" contredit la Constitution. À lire également : la traduction de l'article du Secrétariat International de Ban Asbestos : "Le Brésil divisé sur la question de l'amiante".

Le Bulletin d'août de CAOVA (Suisse) comporte un dossier détaillé sur l'incendie de la tour Grenfell à Londres en juillet dernier, une tour pleine d'amiante ; il pose la question de l'impunité pour les criminels de l'amiante en France (article du journal Le Monde et interview d'Annie Thébaud-Mony à Politis) suite à l'annonce du Parquet de Paris du 27 juin, et apporte des éclaircissements sur la création d'un fonds d'aide aux victimes en Suisse et sur son financement, sujet à haute caution.

L'Australie a la triste distinction d'être le pays avec le taux les plus élevé de mésothéliomes dans le monde.

Voici la traduction de l'historique de la situation effectué par le Secrétariat International de Ban Asbestos;

également, la traduction d'un article du quotidien britannique "The Guardian" sur la mine d'amiante de Wittenoom, en Australie Occidentale, ainsi que des photos de cette ville, que les autorités ont décidé de rayer de la carte du pays, car l'ensemble de son territoire est pollué à l'amiante bleu (crocidolite).

L'actualité coïncidant avec notre dossier, la rénovation du Sydney Opera House est stoppée pour cause de présence d'amiante. La santé des éléctriciens ayant travaillé sur le site est, notamment, menacée.

Belgique : Au niveau des décès à la suite d’une maladie professionnelle, les cas les plus fréquents concernent toujours la silicose et les maladies de l’amiante (91%). En 2016, le FMP (Fonds des Maladies Professionnelles) a reconnu, dans 334 cas, le lien entre le décès d’une victime et sa maladie professionnelle - Source : Métro Belgique.

Juillet

Le gouvernement du Canada franchit une autre étape pour interdire l'amiante et protéger la santé et la sécurité des travailleurs - Source : Emploi et Développement social Canada

Grande Bretagne : Les chiffres publiés le 5 juillet 2017 par le Health and Safety Executive (HSE) alertent d'une augmentation de la mortalité due au mésothéliome. En Grande-Bretagne, le nombre de décès dus au mésothéliome en 2015 était de 2 542, soit une augmentation par rapport aux chiffres de 2014, qui annonçait 2 519 décès. Selon le communiqué de presse de la HSE: "L'augmentation des décès dus au mésothéliome ces dernières années a été principalement attribuable aux décès de personnes de 75 ans et plus ... Les dernières projections suggèrent qu'il y aura encore environ 2500 décès par an pour le reste de la décennie actuelle, avant que les chiffres annuels ne commencent à diminuer. Les chiffres actuels relatifs au cancer lié à l'amiante reflètent des expositions généralisées avant 1980."

Vous pouvez lire ici le Message de Solidarité pour l'Action, Journée du Mésothéliome.

Laurie Kazan-Allen,

Voir également les pages en anglais.

Juin

Le bulletin N°16 de CAOVA (Suisse) est consacré aux femmes victimes de l'amiante, seconde partie.

Danemark : Une étude décrit avec précision les effets de l'amiante dans les cancers de femmes qui habitaient près d'une usine.

Le Bulletin d'information N°15 de la CAOVA (Suisse) "Alerte amiante" est consacré aux femmes, victimes indirectes du drame de l'amiante, et pourtant bien souvent les premières à en subir les conséquences, au décès de leurs proches. Sept d'entre elles témoignent.

Belgique - déchets amiantés : nouvelle plainte contre le centre d'enfouissement technique de Monceau-sur-Sambre

Mai

Algérie - Didouche Mourad, à 15 km au nord de Constantine : 125 familles habitent depuis 1984 des constructions contenant de l'amiante dépendant de la société de la cimenterie de Hamma Bouziane, réalisées pour une durée n'excédant pas 10 ans, mais qu'elles se voient obligées de continuer à occuper à ce jour. Déjà vingt décès, dix-huit autres personnes malades.

Allemagne : le cancer de l'ovaire lié à l'amiante est désormais reconnu comme maladie professionnelle. Un acquis majeur.

Tizi-Ouzou (Algérie) : Journée sur la sécurité et la santé au travail : 2 929 travailleurs exposés aux risques de l'amiante.

Conférence des Parties de la Convention de Rotterdam : le 3 mai 2017, les états réunis à Genève ont échoué à imposer des restrictions commerciales sur l'amiante blanc. L'amiante chrysotile ne sera pas inscrit à l'Annexe III. Voir le communiqué commun de Ban Asbestos France et de l'Association Henri Pézerat, celui de l'Alliance Mondiale pour l'Action contre l'Amiante, et le Bulletin des Négociations de la Terre.

Vous trouverez ici la traduction d'un rapport de la délégation du réseau Ban Asbestos Asie, ainsi que celle d'un article sur la position controversée de l'Inde sur l'amiante chrysotile. Également le témoignage d'une victime indonésienne de l'amiante.

Le Bulletin d'information N°14 de la CAOVA (Suisse) est disponible ici et consacre un dossier complet sur "Ces hôpitaux qui rendent malades de l'amiante".

Interdiction de l'amiante au Canada en 2018 : Le maire de Thetfors Mines use de toutes les ruses pour contourner le règlement anti-amiante.

Montréal (Canada) : Un site contaminé à l'amiante fait craindre pour la santé publique.

Avril

Le gouvernement du Canada appuie l'inscription de l'amiante chrysotile à la Convention de Rotterdam.

EDF soupçonné d’avoir exporté du matériel amianté à Madagascar : vous pouvez lire l'article de Mediapart ici.

Canada : des dizaines d'établissements du Québec pris en défaut.

Belgique : Après 17 ans de procédure juridique, la Cour d'appel de Bruxelles a jugé, le 28 mars 2017, la société Eternit-Belgique fautive et responsable du décès par mésothéliome de Françoise Vannoorbeek-Jonckheere. Vous pouvez lire le communiqué de l'Abeva ici, ainsi que la Carte Blanche d'Eric Jonckheere dans "La Libre Belgique".

Dear Eric & Ian,

In the name of Ban Asbestos, I am sharing congratulations of the International Ban Asbestos Network for such a determinant decision. It is giving hope to all of us!

Thanks for your will and work which succeeded to win against Eternit lawyers and experts.

In Solidarity,

Annie

Suisse : vous trouverez ici le Bulletin N°13 de la Caova.

Mars

Belgique : À l'heure où se déroule le procès de la famille Jonckheere contre Eternit, le Fonds Amiante, créé le 1er avril 2007, a indemnisé 2700 personnes victimes d'asbestose ou de mésothéliome en dix ans.

Kymore (Inde) : Durant des décennies, ce village au centre de l'Inde a été contaminé par les déchets d'amiante du groupe belge Etex, ex-Eternit, de Turner & Newall, et d'Everest Industries (toujours en activité). Vous pouvez lire un premier article du journal belge "Le Vif ", et un second plus détaillé encore sur les conditions intolérables dans lesquelles 8000 personnes vivent à l'heure actuelle.

Canada / Désamiantage : le syndicat FTQ Construction réclame que des actions sévères soient intentées contre les entreprises qui mettent en danger la santé des travailleurs.

Canada : Des institutions publiques contestent les indemnités accordées à des retraités malades de l'amiante. À voir également dans cet article, la carte de l'amiante au Canada.

Tissemssilt (Algérie) : Des citoyens continuent de dénoncer la présence d'amiante dans des constructions datant du séisme de Chlef, en 1980, et ne cessent de réclamer une aide des autorités.

Suisse : Le bulletin N°12 de la Caova est disponible ici. L'association sera présente à Bruxelles le 28 mars pour soutenir la famille Jonckeere.

Février

Suisse : Vous pouvez lire ici le bulletin N°11 de la Caova.

Béjaïa (Algérie) : Les élèves du Technicum (lycée technique) manifestent pour dénoncer leur exposition à l'amiante.

 

Janvier

Interdiction de l'amiante au Canada en 2018 : La Chambre de commerce et d'industrie de Thetford Mines (CCITM), haut lieu de la production canadienne, ne s'en réjouit guère et fait pression pour que les résidus miniers ne soient pas inclus dans l'interdiction !

Schaerbeek (Belgique) : Deux ans de travaux, des logements sociaux truffés d'amiante et des inquiétudes à tous les étages. Davantage d'informations dans l'article Le Vif / L'Express.

Procès Eternit bis : le parquet de Turin et le parquet général du Piémont s'opposent à la décision prise fin novembre et ont décidé de saisir la Cour de cassation. Stephan Schmidheiny, ancien dirigeant de la société Eternit, sera jugé pour deux cas à partir du 14 juin 2017.

Des riverains craignent les dépôts d'amiante près de deux écoles à Wezembeek-Oppem (Belgique) : une entreprise de démolition " commet des irrégularités depuis 20 ans dans une zone d'habitation, où 180 enfants fréquentent deux écoles maternelles ", résume Dinu Baldovin, membre du comité de quartier. L'entreprise est en possession d'un permis régional de "classe 1", ce qui " légitime une pollution des sols, du stockage de déchets dangereux, le dépôt de gravats contenant de l'amiante ou le broyage de ces matériaux de chantier, qui libère la dangereuse substance dans l'air ". Une situation qui n'est pas sans rappeler celle que connut Aulnay-sous-Bois avec l'usine de broyage d'amiante CMMP, qui détient le triste record d'avoir causé plusieurs centaines de décès... et d'en causer encore. Situation également pour le moins similaire avec ce que vivent les riverains de la société Harsco sur les communes d'Imphy et Sauvigny-les-Bois dans la Nièvre où, pour lutter contre le pollueur, s'est organisé le Collectif Stop Pollutions, antenne officielle de l'Association Henri Pézerat (page Facebook ici) ; vous pouvez également visionner le reportage de France 5.

Vous pouvez lire ici le bulletin N°10 de l'association Suisse Caova.

Le Kenya se bat pour se débarrasser de ses innombrables toitures en fibrociment. Elizabeth Njeri témoigne de la prise de conscience dans le pays de la haute toxicité de l'amiante-ciment. Le gouvernement avait initié son remplacement par des tuiles de fer, mais leur coût onéreux a, pour l'instant, mis un terme à ce gigantesque chantier. Se pose aussi le problème récurrent : que faire des déchets amiantés ? Nos pages en anglais vous guideront vers un reportage vidéo.

 

Le mardi 3 janvier 2017 à 9h se sont ouverts, devant la cour d'appel de Bruxelles, les débats relatifs au procès intenté par Françoise Vannoorbeeck - Jonckheere à la multinationale belge Eternit, qui fait appel au jugement prononcé, fin octobre 2011, par la 2e chambre civile du tribunal de première instance de Bruxelles. Eternit avait, à l'époque, été condamné à dédommager la famille à hauteur de 250 000 euros. Pour rappel, Eternit avait proposé 42 000 euros contre l'abandon de toute démarche judiciaire, et Françoise, victime environnementale de l'amiante de cette société, avait " refusé l'argent du silence ", comme le rappelle à juste titre son fils, Eric Jonkheere, Président de l'Abeva." Je suis Françoise ". C'est ainsi que se sont présentés, pancartes à la main, les nombreux soutiens venus de Belgique, de France, d'Italie. L'enjeu est considérable : que la responsabilité du pollueur mondial Eternit soit reconnue. Pour sa part, il plaide la prescription, après avoir fait du lobbying en faveur de l'amiante, dissimulé ses dangers et fait des milliers de victimes. Comble : il dénonce l'activisme de l'Abeva !

Le jugement sera rendu le 14 mars 2017.

Nous faisons part de notre soutien fraternel à la famille Jonckheere, qui, au-delà du drame d'une famille décimée, se bat au nom de toutes les victimes de l'amiante.

USA - Nous nous devons malheureusement mettre un bémol aux bonnes nouvelles annoncées récemment (voir ci-dessous). Un article sur un site Russe (source de notre secrétariat international) prévoit que, sous la présidence de D. Trump, des mesures vont inclure le déclassement des régulations évitant l'utilisation de l'amiante. En se référant à des déclarations faites avant et pendant son élection, le journaliste conclut que les pouvoirs de l'Agence de Protection de l'Environnement (Environmental Protection Agency) vont être grandement réduits et que les matériaux amiantés vont bénéficier d'une nouvelle popularité : " La manière la plus évidente de réduire les coûts dans l'industrie de la construction est de mettre un terme aux restrictions de l'utilisation de l'amiante chrysotile. " Est mentionnée une citation de Trump, qui attribue l'effondrement des tours jumelles du World Trade Center en 2001 à leur manque d'amiante coupe-feu ! Nos " Pages en anglais " vous mèneront à l'information d'origine. À noter que la traduction du titre de l'article russe est : " Le retour de la bonne réputation de l'amiante "… À prendre en compte également : en 2014, la Russie restait le premier producteur d'amiante au monde - 1 100 000 tonnes, et le premier utilisateur mondial - 608 000 tonnes.

 

Irlande - Les experts prédisent que les décès liés aux cancers dûs à l'amiante vont continuer à augmenter de 20 cas en 2005 à 68 en 2020, soit un bond de 340%. Tandis que ces décès sont relatifs aux expositions qui ont eu lieu il y a des décennies, les dangereuses expositions continuent et l'on prévoit qu'elles vont augmenter, puisque l'économie Irlandaise se rétablit, avec des projets de rénovation qui se mettent en place sur des sites sur lesquels de l'amiante avait été utilisé lors de leur construction. Les notifications obligatoires au Comité d'Hygiène et Sécurité (Health and Safety Authority) sur la présence d'amiante antérieure aux travaux de démolition ou de rénovation a augmenté de 164 en 2010 à 290 à la mi-décembre 2016. Nos pages en anglais vous guideront vers un article édifiant du journal "Irish Examiner".

 

L'utilisation de fibrociment pour les toitures est chose courante à Cuba, comme le dénonce un commentaire publié cette semaine, qui met en lumière la connaissance approfondie et de longue date des dangers de l'exposition des êtres humains à l'amiante, ainsi que le relate un article Cubain de novembre 2016 dans " The Havana Times ". L'auteur y détaille la cote, tours d'actualité, des tuiles en fibrociment, en se concentrant sur la situation de sa ville de Guantanamo et demande pourquoi les autorités, à Cuba, n'ont jamais agi contre le danger de l'amiante. Entre 2012 et 2014, Cuba en a utilisé en moyenne environ 6000 tonnes par an. Pour lire l'article en anglais, dont on peut traduire le titre par " Amiante, ouragans et cancers à Cuba", rendez-vous dans nos "pages in English".

 

Le Canada va interdire l'amiante dès 2018 : plus de 150 pays dans le monde considèrent l'amiante, un produit notamment utilisé dans la construction, comme dangereux. Le Canada pourrait se joindre à eux car il va interdire l'amiante en 2018, vingt ans après la France, par l'interdiction de toute utilisation dans toute nouvelle construction, d'exportation mais aussi d'importation car le Canada importe toujours des produits qui contiennent de l'amiante comme des plaquettes de frein ou des matériaux de construction (ces importations ont pratiquement doublé en cinq ans depuis que le pays a arrêté d'en produire). L'organisation mondiale de la santé (OMS) a d'ailleurs condamné ce produit il y a trente ans. Le gouvernement va aussi introduire de nouvelles protections pour les travailleurs et va faire entre autres l'inventaire des immeubles qui en contiennent.